Les animaux dans les Fables de La Fontaine

Les animaux dans les Fables de La Fontaine

Après vous avoir fait découvrir (ou redécouvrir) le superbe livre de George Orwell « La Ferme des animaux« , je voudrais vous parler aujourd’hui de Jean de La Fontaine et de ses fameuses fables avec des animaux.

Les fables sont des récits courts, souvent agrémentés d’un dialogue, qui servent à illustrer une morale. Dans les Fables de La Fontaine, les animaux en sont souvent les héros et y représentent les hommes. Le but de la fable est d’apprendre aux enfants ce qu’il faut qu’ils sachent (morale), de manière ludique. Comme Jean de la Fontaine le disait lui-même : « Je me sers d’animaux pour instruire les hommes ».

Voici tous les animaux apparaissant dans les Fables de La Fontaine : Agneau, Aigle, Alouette, Ane, Araignée, Belette, Boeuf, Bouc, Brebis, Canard, Cerf, Chameau, Chapon, Chat, Chat-Huant, Chauve-Souris, Cheval, Chèvre, Chien, Cigale, Cigogne, Cochon, Colombe, Coq, Corbeau, Cormoran, Cygne, Dauphin, Dragon, Ecrevisse, Ecureuil, Eléphant, Faucon, Fourmi, Frelon, Gazelle, Geai, Génisse, Grenouille, Héron, Hirondelle, Hérisson, Hibou, Huître, Laie, Lapin, Lièvre, Lion, Loup, Milan, Moineau, Mouche, Mouton, Mulet, Oiseau, Ours, Paon, Perdrix, Perroquet, Pie, Pigeon, Poisson, Poule, Puce, Rat, Renard, Rossignol, Scarabée, Serpent, Singe, Souris, Taureau, Tortue, Vautour. Beaucoup d’espèces animales différentes y sont présentes : mammifères, poissons, oiseaux, insectes, reptiles…

Mais pourquoi des animaux ?

Tous ces animaux sont chargés d’exprimer les caractères humains, les bons comme les mauvais. Ils ont tous un rôle précis et chacun des animaux représente un stéréotype : le lion est puissant, cruel et orgueilleux ; la fourmi travailleuse ; le renard est rusé ; le chat hypocrite, l’agneau est doux ; le loup est sanguinaire ; le lapin est peureux ; le singe imitateur et flatteur… Ils servent de porte-parole et permettent ainsi à notre poète de critiquer l’autorité sans se faire censurer.

La plupart des fables connues sont contenues dans le premier recueil  de fables : la Cigale et la Fourmi, le Corbeau et le Renard, la Grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf, le Rat de ville et le Rat des champs, le Loup et l’Agneau, le Renard et la Cigogne… Permettez-moi de vous citer quelques-unes de ces fameuses Fables dont tout le monde se souvient :


La Cigale et la Fourmi

La Cigale, ayant chanté
Tout l’été,
Se trouva fort dépourvue
Quand la bise fut venue :
Pas un seul petit morceau
De mouche ou de vermisseau.
Elle alla crier famine
Chez la Fourmi sa voisine,
La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu’à la saison nouvelle.
« Je vous paierai, lui dit-elle,
Avant l’août, foi d’animal,
Intérêt et principal. »
La Fourmi n’est pas prêteuse :
C’est là son moindre défaut.
« Que faisiez-vous au temps chaud ?
Dit-elle à cette emprunteuse.
— Nuit et jour à tout venant
Je chantais, ne vous déplaise.
— Vous chantiez ? J’en suis fort aise.
Eh bien ! Dansez maintenant. »

La Cigale et la Fourmi – Jean de La Fontaine

Le Corbeau et le Renard

Maître corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître renard, par l’odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes joli ! que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes le phénix des hôtes de ces bois.
À ces mots le corbeau ne se sent plus de joie ;
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le renard s’en saisit, et dit : « Mon bon monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l’écoute.
Cette leçon vaut bien un fromage sans doute. »
Le corbeau honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y prendrait plus.

Le Corbeau et le Renard – Jean de La Fontaine

Le Loup et l’Agneau

La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l’allons montrer tout à l’heure.
Un Agneau se désaltérait
Dans le courant d’une onde pure.
Un Loup survient à jeun qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
« Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage ?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
— Sire, répond l’Agneau, que votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu’elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d’Elle,
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
— Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l’an passé.
— Comment l’aurais-je fait si je n’étais pas né ?
Reprit l’Agneau, je tette encor ma mère.
— Si ce n’est toi, c’est donc ton frère.
— Je n’en ai point.
— C’est donc quelqu’un des tiens :
Car vous ne m’épargnez guère,
Vous, vos bergers, et vos chiens.
On me l’a dit : il faut que je me venge. »
Là-dessus, au fond des forêts
Le Loup l’emporte, et puis le mange,
Sans autre forme de procès.

Le Loup et l’Agneau – Jean de La Fontaine

En tout cas, Jean de La Fontaine a réussi son pari : il voulait instruire et distraire ses compatriotes, de génération en génération. Ses Fables resteront encore longtemps dans nos lectures favorites afin que nous nous rappelions de toutes ces leçons qui n’ont pris aucune ride en plus de 350 ans !

One thought on “Les animaux dans les Fables de La Fontaine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Back To Top